Qui n’a pas entendu parler du « morning miracle » ?

Le concept  : on se lève super tôt (il fait nuit et froid – personne dehors) pour :

– Méditer : la vie, la mort, l’amour ( ?)

– Faire une “to do list” : ok mais fais la dans ta voiture, quand tu marches ou te deplaces, tu arriveras au même constat (rappeler untel, acheter du beurre salé, payer la cantine, monter un meeting, etc)

– Faire du sport : non merci, on verra plus tard. Les températures négatives ne sont pas forcément une motivation première.

Toutes ces choses fortement constructives sont absolument faisables au cours de la journée et dans la soirée. Il ne faut pas négliger le plus important  : la chaleur de la couette le matin est une sorte de coconing à laquelle il est difficile de s’arracher quand on pense à la journée difficile qui s’annonce. A mon avis, cet état de plénitude est très positif pour le développement mental et humain de chacun de nous. Se sentir protégée, un laps de temps, et ressentir cette quiétude que rien ni personne ne pourra vous enlever. Car au-delà des idées reçues (paresse – bon ok un peu), quand on dort le matin, on prend des forces et on est davantage en forme. Ensuite, certes, il nous reste deux minutes pour le café et deux pour s’habiller puis tu galopes, tu galopes comme un poulain qui retrouve la liberté après avoir été sequestré pendant de longues semaines.

Le « morning miracle » est certainement adapté à deux classes de la population bien ciblées : les insomniaques et ceux qui n’ont pas besoin de dormir. Genre « ouh la je viens de dormir 5h, j’ai la patate … je vais tout pêter, vite presse moi un jus d’orange » (cf chronique sur le jus d’orange pressé).

En bref, admirons celles qui arrivent à se lever à 5.30h pour prendre du temps pour elles, même s’il fait froid et nuit, et gardons notre rythme même s’il ne nous permet pas d’arriver au bureau avec un brushing de la mort après avoir fait un plein à Carrefour (quand les allées sont vides puisque tout le monde dort encore).